logo
bandeau
Accueil Archives Benoît Labre Événements Liens Nous joindre Qui sommes-nous? Témoignages
icone icone icone icone icone icone icone icone



Depuis la canonisation

Canonisation du bienheureux Benoît Labre

1881 - 8 décembre : Canonisation du bienheureux Benoît Labre par le pape Léon XIII

1881 - 8 décembre : Description de la cérémonie de canonisation du bienheureux Benoît Labre et de trois autres bienheureux. On retrouve à la fin du texte une gravure du nouveau saint et l'oraison propre à la fête de saint Benoît-Joseph Labre, devant être récitée chaque année à la messe du 16 avril ("La canonisation", Annales catholiques, N° 522, 17 décembre 1881, p. 619-629). Voir aussi "Le 8 décembre", Annales catholiques, N° 522, 17 décembre 1881, p. 617-619.

1881 - 8 décembre : Un don de 100,000 francs est fait à l'Université catholique de Lille pour la fondation d'une nouvelle chaire à l'école de médecine: la "Chaire de saint Benoît Labre" et ce, en souvenir de la canonisation ("Nouvelles religieuses", Annales catholiques, N° 523, 24 décembre 1881, p. 711-712; La Semaine religieuse. Revue diocésaine de Sens et Auxerre, N° 1, 7 janvier 1882, p.9).

1881 - ? décembre : Grâce aux offrandes des catholiques de France, le Père F. Virili, postulateur de la cause de saint Benoît Labre offrira au Saint-Père un reliquaire, contenant des parcelles des ossements du saint pèlerin, et un tableau de Benoît Labre exécuté par le sculpteur Coghetti ("Nouvelles religieuses", Annales catholiques, N° 523, 24 décembre 1881, p. 705-706).

1882 - 22 janvier : Consécration par Mgr Mermillod, en l'église Notre-Dame du Sacré-Coeur de Jésus, de la place Navone, du premier autel élevé dans la ville de Rome en l'honneur de saint Benoît Labre ("Nouvelles religieuses", Annales catholiques, N° 529, 4 février 1882, p. 264-266).

1882 - 2 février : Par une lettre circulaire, l'évêque de Nantes ordonne un triduum solennel en l'honneur de saint Benoît Labre ("Nouvelles religieuses", Annales catholiques, N° 531, 18 février 1882, p. 380).

1882 - ? février : Mgr Lequette, évêque d'Arras, consacre une instruction pastorale à saint Benoît-Joseph Labre. Il y expose les raisons qui ont amené l'Église à proposer saint Benoît Labre comme un grand exemple de mortification ("L'enseignement épiscopal", Annales catholiques, N° 533, 4 mars 1882, p. 468-472).

1882 - 12 mai : Au cours de la 4e séance de l'Assemblée des catholiques, présidée par Mgr Goux, évêque de Versailles, est émis le voeu que le pèlerinage à Amettes, le 3 juillet suivant, en l'honneur de saint Benoît Labre, soit adopté comme pèlerinage national ("Assemblée des catholiques", Annales catholiques, N° 545, 27 mai 1882, p. 468).

1882 - 18 mars : Faisant écho à l'Univers, La Semaine religieuse, revue diocésaine de Sens et Auxerre, signale qu'on espère acheter la maison où saint Benoît Labre est mort et ce, grâce aux souscriptions envoyées de France pour la canonisation du saint d'Amettes. On veut en faire un hospice pour les pauvres ("Catholicité", La Semaine religieuse, revue diocésaine de Sens et Auxerre, N° 11, 18 mars 1882, p. 168).

1882 - 4 février : La Semaine religieuse, revue diocésaine de Sens et Auxerre, annonce la tenue d'un pèlerinage populaire de pénitence à Jérusalem. Le départ se fera de Marseille le 27 avril et le retour est prévu le 6 ou 7 juin. Ce pèlerinage est mis sous le patronage de saint Benoît-Joseph Labre, le grand pèlerin (La Semaine religieuse, revue diocésaine de Sens et Auxerre, N° 5, 4 février 1882, p. 75-76).

1882 - 13 mai : La Semaine religieuse, revue diocésaine de Sens et Auxerre, publie un extrait d'une lettre, adressée de Malte au directeur du Pèlerin, concernant le pèlerinage populaire de pénitence à Jérusalem, parti de Marseille le 27 avril. Les pèlerins proviennent de La Guadeloupe et de la Picardie. Lors de la deuxième journée en mer, on a procédé à la bénédiction du navire. Ce fut l'occasion de bénir un tableau de saint Benoît Labre, protecteur du pèlerinage, et à qui était consacré l'autel au pied du mât arrière (La Semaine religieuse, revue diocésaine de Sens et Auxerre, N° 19, 13 mai 1882, p. 302-303).

1882 - ? Mai : Mgr Lequette, évêque d'Arras, adresse une lettre au clergé de son diocèse au sujet d'un triduum qui sera célébré à Arras, du 5 au 7 juin suivant, en l'honneur de saint Benoît Labre. Dans cette lettre, il rappelle le grand pèlerinage national à Amettes, le 3 juillet suivant ("Nouvelles religieuses", Annales catholiques, N° 545, 27 mai 1882, p. 486).

1882 - 3 juillet : 30,000 personnes participent au pèlerinage national à Amettes en l'honneur de saint Benoît Labre. Dans le diocèse d'Arrras, ce pèlerinage a été préparé par diverses célébrations : une neuvaine solennelle, à partir du 16 avril, en la paroisse d'Érin où Benoît Labre fit sa première communion, marquant ainsi l'ouverture des fêtes religieuses devant avoir lieu dans les paroisses du diocèse. Un triduum eut également lieu à la cathédrale d'Arras, du 5 au 7 juin. ("Les fêtes en l'honneur de saint Benoît-Joseph Labre dans le diocèse d'Arras", La semaine religieuse, revue diocésaine de Sens et Auxerre, N° 21, 27 mai 1882, p. 333; Ibid., N° 27, 8 juillet 1882, p. 428).

1882 - ? juillet : Mgr Raphael Virili, postulateur de la cause de saint Benoît Labre, adresse un appel aux catholiques, en comptant sur leur générosité, afin de pouvoir acquérir la maison où le Saint d'Amettes est mort. Son objectif est de la transformer en sanctuaire à saint Benoît Labre et d'en faire le centre d'une institution de charité ("Nouvelles religieuses, Annales catholiques, N° 553, 22 juillet 1882, p. 205-206).

1882 - 28 juillet : Par un Bref de Léon XIII, la fête de saint Benoît Labre, entre autres, est ajoutée au calendrier liturgique du clergé romain, à la date du 16 avril ("Catholicité", La semaine religieuse, revue diocésaine de Sens et Auxerre, N° 35, 9 septembre 1882, p. 557; "Nouvelles religieuses, Annales catholiques, N° 564, 7 octobre 1882, p. 40).

1883 - 6 janvier : À l'occasion du 100e anniversaire de la mort de saint Benoît Labre, Mgr Raphael Virili, postulateur de la cause du saint, adresse une lettre aux évêques dans laquelle il leur signale que les ressources financières de la Postulation étant épuisée, celle-ci ne peut, entre autres, acquérir la maison du boucher Zaccarelli, chez qui Benoît Labre est décédé le 16 avril 1783. Il recourt à leur aide pour inviter les fidèles de leur diocèse à une générosité de leur part ("Centenaire de saint Benoît-Joseph Labre, 16 avril 1883", Annales catholiques, N° 581, 3 février1883, p. 251-252).

1883 - ? Mars : Le diocèse d'Arras fait écho à la demande de Mgr Raphael Virili en vue d'acquérir la maison où saint Benoît Labre est mort afin qu'elle puisse être transformée en hospice ("Nouvelles religieuses", Annales catholiques, N° 589, 31 mars 1883, p. 709-710).

1883 - 26 mars : À l'occasion du 100e anniversaire de la mort de saint Benoît Labre, le cardinal Monaco La Valetta, vicaire-cardinal de Rome, signe une lettre convoquant les fidèles à une octave solennelle dans la basilique des Saints-Apôtres, du 9 au 16 avril suivant, ainsi qu'à un triduum de dévotion dans l'église Sainte-Marie aux Monts, les 20, 21 et 22 avril suivant. Cette lettre a été affichée sur les murs de Rome ("Nouvelles religieuses", Annales catholiques, N° 590, 7 Avril 1883, p. 38-39). Chaque jour de l'octave, à 10h00, messe pontificale par un cardinal ou un évêque, et, à 16h00, panégyrique ou sermon faisant l'éloge du saint, suivi des vêpres. Nous y trouvons la liste des prédicateurs qui ont donné le panégyrique pour chacune des journées ("Nouvelles religieuses", Annales catholiques, N° 591, 14 Avril 1883, p. 101-102; Ibid., N° 592, 21 avril 1883, p. 145-147).

1883 - 14 avril : Panégyrique prononcé à Rome, dans la basilique des Saints-Apôtres, le 14 avril 1883, par Monseigneur Graselli. Souvenir romain du centenaire de saint Benoît Labre, Paris, Société générale de librairie catholique, 1884, 25p.

1883 - Du 15 au 17 avril : Triduum en l'honneur de saint Benoît Labre, célébrées en l'église de Notre-Dame de Boulogne (Boulogne-sur-mer). Description de la chapelle dédiée au saint pèlerin d'Amettes ("Nouvelles religieuses", Annales catholiques, N° 593, 28 Avril 1883, p. 205-206).

1883 - 20 mai : Panégyrique de saint Benoît-Joseph Labre prononcé le jour de la bénédiction de sa statue, le 20 mai 1883, dans l'église de Maché (Chambéry) par le chanoine Arminjon, in Les orateurs sacrés contemporains : choix de conférences, sermons..., volume 1, Marseille, Imprimerie et Librairie S. Thomas d'Aquin, 1884, p. 277-300.

1883 - ? : Acquisition, par la postulation de la cause de saint Benoît Labre, de l'immeuble dans lequel le boucher Zaccarelli avait son logement et chez qui le saint mendiant est décédé à Rome, le 16 avril 1783. Le logement a été aménagé en chapelle en l'honneur de saint Benoît Labre (Léon Aubineau, "La maison de saint Labre", in Annales catholiques, N° 627, 22 décembre 1883, p. 646-650).

1884 - 9 mars : À l'occasion du décès d'un humble pèlerin et pauvre volontaire, Casimir Barello, les journaux catholiques espagnols n'ont pas hésité à le désigner comme "un autre saint Benoît Labre" (La Semaine religieuse, revue diocésaine de Sens et Auxerre, N° 18, 3 mai 1884, p. 284-285).

1884 - 20 avril : Allocution prononcée à Marçay, le dimanche de la Quasimodo, 20 avril 1884, par M. l'abbé Berloquin, vicaire général, à l'occasion de la bénédiction, par Monseigneur l'Évêque de Poitiers, de la première pierre de l'église dédiée à S. Benoît-Joseph Labre, in Les orateurs sacrés contemporains : choix de conférences, sermons, homélies..., Tome septième, Marseille, Imprimerie et Librairie Saint-Thomas d'Aquin, 1886, p. 163-169, par Antoine Ricard.

1885 - 16 avril : Pendant qu'à Paris (Saint-Germain-des-Prés et Saint-Roch), on fête solennellement saint Benoît Labre, Mgr Dennel, évêque d'Arras, officie pontificalement à Amettes. Celui-ci désire mettre sa première visite pastorale sous le patronage de saint Benoît Labre. Une information de La Croix nous apprend que les pèlerins, qui feront le 4e pèlerinage de pénitence aux Lieux saints, sont placés sous la protection du saint pèlerin ("Ça et là", La Croix, N° 551, 29-30 mars 1885; "La fête de saint Benoît Labre", La Semaine religieuse du diocèse de Meaux, N° 17, 25 avril - 1er mai 1885, p. 206).

1885 - 17 avril : À Marçay (diocèse de Poitiers), fête en l'honneur de saint Benoît Labre célébrée par les Pères Bénédictins du Ligugé. L'évêque de Poitiers a décidé qu'une cérémonie solennelle se tiendra chaque année, dans l'église de Marçay, le jeudi suivant le 4e dimanche après Pâques ("La fête de saint Benoît Labre", La Semaine religieuse du diocèse de Meaux, N° 17, 25 avril - 1er mai 1885, p. 206-207).

1886 - 18 juillet : À Amettes, début de la neuvaine à saint Benoît Labre prêchée par l'abbé Pillain ("Saint Benoît Labre", La Croix, N° 952, 18-19 juillet 1886).

1887 - ? avril : Avant son départ de Rome, en présence de plusieurs personnes, le cardinal Langénieux se rend visiter la chambre où mourut saint Benoît Labre et y célèbre la messe. Le sanctuaire est gardé par des Missionnaires de Notre-Dame de Lourdes ("Nouvelles religieuses, Annales catholiques, 23 avril 1887, p. 210-211).

1890 - 26 mai : À Marçay (diocèse de Poitiers), tenue du pèlerinage annuel en l'honneur de saint Benoît Labre, organisé par le Comité catholique du Poitou. En France, à Marçay, s'érige la première église sous le vocable de saint Benoît Labre ("Pèlerinage de Pénitence à saint Benoît-Joseph Labre", La Croix, N° 2134, 14 mai 1890).

1891 - 10 mai : À Marçay (diocèse de Poitiers), tenue du pèlerinage annuel en l'honneur de saint Benoît Labre. La Croix nous informe que Marçay est « le centre de l'Association de Prière et de Pénitence pour obtenir par le culte du Saint Pauvre et Pénitent Benoît-Joseph Labre, le triomphe de l'Église, le salut de la France et la conversion des pécheurs» (La Croix, N° 2434, 3-4 mai 1891).

1896 - 16 avril : À Saint-Hilaire de Lalbenque (Lot), de nombreuses reliques de saint Benoît Labre sont conservés dans l'église paroissial. Le 16 avril, il y eut une fête splendide en l'honneur du saint "mendiant de Dieu", avec de nombreux pèlerins et un beau panégyrique par le P. Daniel, capucin ("La fête de Saint Benoît-Labre", La Croix Supplément, N° 3984s, 23 avril 1896).

1896 - 16 avril : À Saint-Roch de Paris, célébration solennelle de la fête de saint Benoît Labre présidée par Mgr Jourdan de la Passardière. Le panégyrique de saint Labre prononcé par Mgr Duval, archevêque de Pétra, délégué apostolique de Syrie ("Chroniques religieuses de Paris", La Croix Supplément, N° 3975s, 12-13 avril 1896).

1897 - 22 mai : La Croix informe que Mgr Raphael Virili, postulateur de la cause de canonisation de Benoît Labre, fait des démarches auprès du Souverain Pontife afin que le saint pèlerin soit donné comme patron aux pèlerins et aux voyageurs (La Croix, N° 4320, 22 mai 1897).

1897 - 12-13 décembre : Le supplément de La Croix informe que la municipalité de Saint-Betrand-de-Comminges (Haute-Garonne) veut vendre un immeuble qui, autrefois, avait servi d'hôpital où Benoît Labre s'était rendu plusieurs fois. Ce n'est pas l'avis de tous. On voudrait y installer une oeuvre catholique et en faire une maison saint Labre. Afin d'acquérir l'immeuble à cette fin, une invitation est faite afin d'obtenir des dons auprès de la population ("Curés bâtisseurs", La Croix Supplément, N° 4493, 12-13 décembre 1897).

1899 - 28 septembre : Le supplément de la La Croix annonce que le curé d'Amettes invite les pèlerins d'Amettes à faire des dons en vue de l'acquisition d'une statue de saint Benoît Labre (La Croix Supplément, N° 5047s, 28 septembre 1899).

1900 - 22 juillet : Procession annuelle, à Amettes, en l'honneur de saint Benoît Labre, présidée par Mgr Julien Vidal, vicaire apostolique des îles Fidgi. Plus de 200 jeunes de l'Association de la Jeunesse catholique du Pas-de-Calais y sont présents ("Chronique", À la voile, N° 28, 15 juillet 1900, p. 439; Ibid., N° 29, 15 août 1900, p. 456).

1902 - 19 mai : 27e pèlerinage en l'honneur de saint Benoît Labre à Marçay. On y retrouve une annonce du pèlerinage accompagnée du programme, ainsi qu'un compte-rendu ("27e Pèlerinage de Pénitence à Marçay en l'honneur de Saint Benoît-Joseph Labre", La Semaine religieuse du diocèse de Poitiers, N° 20, 18 mai 1902, p. 319-320;"Une belle fête religieuse à Marçay", La Semaine religieuse du diocèse de Poitiers, N° 21, 25 mai 1902, p. 336-337).

1902 - 28 novembre : La Semaine religieuse du diocèse de Poitiers annonce l'éventuelle publication d'une nouvelle Vie du grand saint français pour laquelle seront utilisés de nouveaux documents. Dans un premier temps, elle paraîtra, dès le 15 janvier 1903, sous forme de fascicules mensuels d'au moins 16 pages et ce, pendant deux ans. Le tout formera un volume de près de 500 pages, avec gravures. Le curé de Marçay-Saint-Labre par Vivonne (Vienne) en assure la diffusion ("Publication opportune", La Semaine religieuse du diocèse de Poitiers, N° 47, 28 novembre 1902, p. 817).